Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 décembre 2006 1 25 /12 /décembre /2006 10:22

Shark attack 3.jpg 

Réalisateur: 

David Worth

 

Acteurs:

John Barrowman,

Jennifer McShane,

Ryan Cutrona

 

Année:

2003

     

Pays:

Etats-Unis

 

Histoire:

La terreur règne dans les profondeurs paradisiaques des Bahamas. D'effroyables agressions mortelles ensanglantent la region dont s'occupe le garde-côte Ben Carpenter. Découvrant une dent, il acquiert la certitude que cela est l'oeuvre d'un requin. Il demande l'aide d'une spécialiste, Cataline, qui lui revele qu'il s'agit d'un spécimen dont on croyait la race éteinte depuis des millions d'années: le Megalodon.

     

Avis: Avec ce film, l'opportunisme de Nu Image va s'exprimer au maximum. En effet, la firme ayant sans doute eu vent de l'espoir de certains scientifiques de voir le Megalodon non éteint, elle y a sauté à pied joint. Elle n'est pas la seule dailleurs,  puisqu'on verra un Shark Hunter, un Megalodon, en attendant l'adaptation du roman de Alten...Ce sujet de base ayant un fort potentiel, le talent de la firme va pouvoir se déployer librement, et nous donner ce petit bijou, considéré comme une perle du n'importe quoi, un monument du nanard. C'est simple, chaque scène, requin ou non, mériterait de s'y attarder...

     

Les grands classiques de Nu Image sont là: les requins qui grognent, les stocks shots, la bimbo et le spé...Ah non tiens, une subtilité, cette fois la bimbo EST le spécialiste. On retrouve aussi le méchant de service, les copiés collés de la série des Jaws. Mais Nu Image sachant se renouveler, on trouvera plein d'erreurs nouvelles: le fameux reflet de l'équipe de tournage, le bateau censé avancer sans que l'horizon ne défile, le sous marin équipé façon Renault 5 (avec ceintures de sécurité s'il vous plait)...Tous les ingrédients sont là...

 

Passons donc à ce qui nous intéresse: le requin. Enfin, LES requins, et je ne spoile pas, il suffit de regarder le dos de la jaquette du DVD. D'abord le fils, qui est finalement un simple grand requin blanc adulte. Il attaque à tout va, grogne, tire des parachutes, et semble etre un grand fan de Jaws, au point d'en reproduire les attaques: le maitre du chien, l'intérieur du bateau...La pauvre bête aura une fin risible, accompagnée d'une réplique culte.

 

Et là, alors que nous désespérions de voir le "rôle titre", maman Megalodon apparait (tout ressemblance avec Jaws 3 est purement fortuite) dans toute la splendeur de ses CGI ratés (consistant à agrandir une image de stock shot et d'y incruster la victime), gobe un bateau et deux pauvres bougres...Les héros en réchappent, vont copuler sous la douche, et tentent de prévenir un des deux grands méchants qui ne les croit pas! Et qui va quand meme organiser une réception sur un yacht, alors que les bateaux n'ont pas le droit de prendre la mer! Ah ces scénaristes de Nu Image, des génies, tout simplement.

 

Et là, dans ce qui constituent les 20minutes les plus ridiculeusement drôle du shark movie, maman Megalodon s'attaque au yacht, mange des dizaines d'invités, dont les deux méchants qui ont droit à une fin spéciale. C'est là qu'intervient le fameux sous marin à ceintures de sécurité et à joystick. Dans un immense morceau de bravoure, le héros faisant tenir le sous marin au monstre qui va gentimment tenir la pose en attendant qu'un missile le frappe. Fin? Le dernier plan semble nous indiquer que rien n'est terminé...

 

Alors oui, j'ai raconté le film. Mais qu'aurais je pu en dire d'autre. Je ne pouvais pas parler des "acteurs", de la réalisation (David Worth, deja coupable de Shark Attack 2), il n'y a rien à en dire, c'est le néant total. Les dialogues auraient pu faire l'objet d'une thèse, de meme que les incohérences, stupidités (aaah la pêche a l'espadon...). Reste qu'il est difficile de mettre un note à ce téléfilm, puisque objectivement, il vaut le 0 absolu, mais j'ai passé un moment tellement bon!

 

Note: 0/6, mais qu'est ce qu'on rigole!

Partager cet article

Repost 0
Published by Raoult Steeve - dans Shark Attack 3 Megalodon
commenter cet article

commentaires

sharkna 15/11/2008 23:39

oulalala le pire des 3 a mon avis mais c'est vrais quon en rigole j'en est pleurer moi un bon truq contre la tristesse

Christophe 25/12/2006 11:26

NU IMAGE. Je vous devine déjà moqueur et le sourire carnassier en coin. David Worth, lui ne se pose pas ce genre de questions visiblement. Fort entre autres de "Kickboxer (avec Van Damme), le monsieur s’attaque aujourd’hui en 2004 à la post-production sur le projet TV de "Puppet Master VS demonic Toys" (où Traci Lord fut un temps pressentie)
Il prend évidemment le soin de s’adjuger les services de Willie Botha pour les effets-très-spéciaux ( "rats", "spiders 2", "shark attack 2" parmi les joyeusetés du catalogue) : mais le vrai prodige porte un nom : le numérique. Après avoir signé "shark attack 2", il persiste et signe. Et il faut bien reconnaître qu’il ne s’embarrasse pas à trouver de nouvelles idées. En manque d’imagination évidente, il va se contenter de rassembler tout ce qui a déjà été fait en matière de Shark movie : les attaques isolées, le personnage sans scrupule, l’attaque de la plage (j’aimerais bien un jour que l’on m’explique comment un requin parvient à venir au bord d’une plage dans 50cm d’eau…), l’éternel bogosse flanqué d’une "warrior bimbo" (fragile, mais forte quand il le faut bien sûr !). Alors oui ! les images de synthèses sont légion, les incrustations récurrentes d’archives documentaires sont bien en place et alors ? Nous savons de toute façon à quoi nous attendre non ? La réputation de NU IMAGE n’étant plus à faire, pourquoi s’évertuer à espérer du grand art ? Là réside toute la magie : on accepte l’idée de visionner un nanar, et dès lors on peut se retrouver surpris de passer un moment plutôt sympa ( pause sourire ).
Certains seront surpris de voir que notre Megalodon déjeune volontiers de bateaux, le tout bien ancré à la verticale, très certainement pour aider à la déglutition. Grotesque ? oui ! mais qu’est ce que c’est "bon" ! Ne riez pas. Ici point de discours philosophique. Un des gros avantages dans ce type de production, c’est qu’il est nul besoin de réfléchir. Le scénario ? imbécile et/mais hilarant : une excuse comme une autre pour justifier sans doute ma future note. L’obligation de raconter l’histoire est donc tout à fait dérisoire, le but avoué étant juste de goûter aux visuels. Les personnages sont quand à eux hyper stéréotypés comme à l’accoutumée et médiocres de bout en bout. Seule la plantureuse Jenny Mc Shane pourra encore éveiller l’intérêt de ceux qui ne dorment pas.
On pourra s’amuser de notre Megalodon qui "grogne" comme un chien, attiré par les champs électriques contenus dans une gaine de fibre optique ( or la fibre optique empêche toute émanation, donc toutes possibilité d’une quelconque sensibilité). Mais NU IMAGE s’en moque, et moi aussi à vrai dire. Je retiendrais juste que bon nombre de protagonistes à ce flamboyant nanar sont fidèles au genre. Ainsi, hormis David Worth, Jennifer Mc Shane "louait" déjà sa plastique dans "shark attack", et Scott Devine signe les dialogues (!) des trois volets. Bien sûr le Megalodon n’existe plus : à ma connaissance il n’a jamais auparavant tiré de demoiselle en parachute, ni même dévorer des embarcations, encore moins nager debout. Mais moi j’aime ça ! Un mauvais choix ? non, juste envie de rigoler parfois comme tout un chacun.