Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 14:09
the-reef-copie-1.jpgTHE REEF
 
Réalisateur :
Andrew Traucki
 
Acteurs :
Damian Walshe-Howling,
Zoe Naylor,
Gyton Grantley,
Adrienne Pickering
 
Année :
2010
 
Pays :
Australie
 
Histoire :
Luke, Matt, Suzie et Kate embarquent sur le yacht de Warren et profitent du voyage pour s’attarder sur la plage d’une île déserte. Repartant en catastrophe alors que la marée descendante menace d’échouer le bateau, ils reprennent le large. Malheureusement, quelques heures plus tard, ils heurtent un récif coralien retournant l’embarcation, la destinant à couler à moyenne échéance. Le groupe décide alors de rejoindre une île à la nage, mais va rapidement rencontrer un terrible prédateur sur son chemin.
 
 
Après le sympathique «Black Water», Andrew Traucki récidive dans le domaine du survival animalier réaliste. Après le crocodile dans la mangrove du nord de l’Australie, c’est cette fois le grand requin blanc qui menace un groupe perdu en pleine mer. Une situation qui rappelle inévitablement «Open Water : en eaux profondes», auquel le précédent film de Traucki pouvait déjà faire penser. Toutefois, «The Reef» va se réveler complètement différent du film de , notamment par le biais d’une action un peu plus présente et d’un côté plus spectaculaire.
 
«Inspiré de faits rééls», en l’occurrence l’histoire de Ray Boundy, seul survivant d’un incident similaire en 1983, «The Reef» va rapidement favoriser l’immersion du spectateur grâce à un choix difficile : faut-il rester sur l’épave qui risque de couler dans les prochaines heures pour attendre d’hypothétiques secours, ou faut-il tenter sa chance à la nage vers une île que l’on n’aperçoit pas, dans une eau peut-être infestée de requins ? Le réalisateur choisira de suivre le groupe essayant de rejoindre la terre ferme...et qui sera rapidement confronté à sa pire crainte. Si pendant quelques minutes le périple est peu intéressant, il devient assez vite rythmé par l’impression redondante qu’ont les personnages d’apercevoir quelque chose, ce que l’un d’entre eux, possèdant l’unique paire de lunettes de plongée, s’empresse de vérifier à chaque fois...jusqu’à repérer une ombre bien sinistre rodant non loin.
 
Ces quelques minutes durant lesquelles le requin tourne autour du groupe constituent à mon avis le meilleur passage du film. La tension est présente, le suspense progresse de façon très efficace et chaque coup d’oeil jeté sous l’eau est l’occasion de frémir en même temps que le groupe. Et lorsque l’animal attaque, c’est terriblement impressionnant, notamment grâce à des effets spéciaux très réussis, intégrant de véritables images de grand requin blanc à l’action pour un réalisme saisissant, rarement vu au cinéma.
 
On regrettera néanmoins une certaine volonté de spectaculaire qui dessert parfois le film, notamment avec une utilisation trop évidente de la musique, insistant sur les passages dramatiques là où le silence et les bruits naturels auraient peut-être été plus efficaces. Dommage également que le film finisse par ressembler à n’importe quel film mettant en scène un animal tueur, celui-ci étant apparemment décidé à tuer l’intégralité du groupe tel le tueur d’un slasher basique...Enfin, s’il est toujours difficile d’imaginer ce qu’on ferait dans de telles circonstances, certains comportements risqueront de sembler peu probables au spectateur, comme celui menant à la première attaque...
 
Ces quelques bémols restent néanmoins des défauts bien trop faibles pour empecher «The Reef» d’être une réussite qui réussit, malgré un postulat semblable, à se démarquer d’ «Open Water» en misant davantage sur l’action et le spectaculaire, au détriment de la psychologie des personnages. A l’approche de l’été, voilà un film qui ne donnera pas envie de s’aventurer trop loin des côtes à la nage !
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Raoult Steeve - dans The Reef
commenter cet article

commentaires