Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 22:32

La mort au large.jpg

Réalisateur :

Enzo G. Castellari

 

Acteurs :

Vic Morrow,

James Franciscus,

Joshua Sinclair,

Brent Huff

 

Année :

1981

 

Pays :

Italie

 

Histoire :

Après la disparition d‭’‬une jeune personne en mer,‭ ‬Peter Benton soupçonne la présence d‭’‬un grand requin blanc dans les eaux de South Bay.‭ ‬Malgré ses avertissements,‭ ‬les autorités refusent de fermer les plages.‭ ‬Peter devra donc s‭’‬occuper lui-même du monstre,‭ ‬seulement aidé d‭’‬un vieux capitaine...

 

Avis :

Nous sommes en‭ ‬1975‭ ‬et Steven Spielberg va...Hé‭ ! ‬Mais attendez une seconde,‭ ‬ce n'est pas Les Dents de la mer !  ‬Quoique...‭ ‬Peter Benton‭ ? ‬South Bay‭ ? ‬Ah,‭ ‬j‭’‬y suis‭ ! ‬Il s‭’‬agit de La Mort au large,‭ ‬d‭’‬Enzo G.‭ ‬Castellari,‭ ‬très fortement inspiré des deux premiers volets des aventures de Bruce et de la famille Brody.‭ ‬Tellement inspiré que l‭’‬oeuvre sera interdite sur le sol américain pour cause de plagiat.

Il est vrai que le film ne s‭’‬embarrasse pas de détours quand il s‭’‬agit de reprendre des idées aux deux premiers Jaws.‭ ‬Il en reprend d‭’‬abord certains personnages dont le vieux chasseur de requins,‭ ‬le maire plus attaché à ses profits qu‭’‬à la sécurité des touristes,‭ ‬et évidemment le héros qui devine tout avant tout le monde et qui devra affronter seul la bête.‭ ‬Il en copie surtout quelques scènes et quelques idées,‭ ‬comme la bouée attachée au requin ou les scènes sous-marines pendant lesquelles on s‭’‬attend presque à entendre le célèbre thème de John Williams.‭ ‬Comble de l‭’‬opportunisme,‭ ‬le film sortant entre le deuxième et le troisième film de la saga initiée par Spielberg,‭ ‬l‭’‬affiche mettra en avant le chiffre‭ ‬3‭ ‬pour accentuer la confusion.

Reste qu‭’‬en dehors de cet aspect,‭ ‬le film de Castellari se révèle plutôt agréable à suivre.‭ ‬Le rythme est soutenu,‭ ‬les attaques assez nombreuses,‭ ‬et les passages réjouissants s‭’‬enchaînent parfaitement‭ ‬:‭ ‬ainsi,‭ ‬dès la première demi-heure assiste-t-on à la course de planches à voile et à la première apparition du requin si particulier,‭ ‬dont l‭’‬activité favorite est de sortir son immense tête de l‭’‬eau,‭ ‬cette image participant d‭’‬ailleurs largement à la renommée du film.‭ ‬Le reste du temps,‭ ‬le film utilisera des images de documentaires,‭ ‬aisément repérables par leur qualité différente et par l‭’‬absence de cohérence avec les images précédents,‭ ‬la météo étant différente,‭ ‬quand ce n‭’‬est pas le requin qui change purement et simplement d‭’‬espèce‭ !

Cela donne évidemment des passages magiques comme la première apparition du requin ou la scène de l‭’‬hélicoptère.‭ ‬On notera également l‭’‬intelligence du monstre,‭ ‬n‭’‬hésitant pas à espionner les héros ou à les bloquer dans une‭ ‬grotte sous-marine en bouchant l‭’‬ouverture à l‭’‬aide de pierres.‭ ‬Sa seule erreur sera finalement de s‭’‬en prendre à la fille de Peter,‭ ‬qui ne lui pardonnera pas et dont le courage se manifestera lors de ralentis mémorables.

Joyeusement farfelu,‭ ‬La Mort au large est finalement un divertissement agréable qu‭’‬il convient de prendre au second degré,‭ ‬le film faisant finalement plutôt sourire que trembler.‭ ‬Plagiat des Dents de la mer‭ ‬1‭ ‬et‭ ‬2,‭ ‬il sera d‭’‬ailleurs à son tour copié par un autre artisan opportuniste du cinéma italien,‭ ‬Bruno Mattéi,‭ ‬pour son indescriptible Cruel Jaws‭ !  

 

Note : 4/6 

 

 


Repost 0
Published by Raoult Steeve - dans La mort au large
commenter cet article